Printemps

Les pâturages s’isolent dans leur renaissance

Et les brebis minaudent devant les cieux en cavale

Musards

Les sanglots du vent

Balaient la fleur étonnée

Eté

Ce soir on joue Mozart sur la terrasse brûlante

Les mains se frôlent et disparaissent

Jusqu’au fond de la nuit

Ne  vas-tu pas chercher à me torturer

Par tant d’exaltation ?

Automne

Le temps fuit les automnes

Et la fleur penche son cœur

Vers d’autres lumières

Au jardin, le soleil

Gardien de brume

Mûrit les fruits de l’attente

Hiver

Peut-être un souffle dur

Passera sur tes épaule

Pour rejoindre la peur

Où se meuvent sans fin

Des éternités de silence

                                                                                                                                             

Jacqueline PAUT

Le Salon des Poètes de Lyon

2ème Prix Mignardises 2007

Extrait Recueil "Saisons"