LA COULEUR DES CHOSES

Le vent souffle sur la ville,

Ramenant les volées d’oiseaux

Sur les toits délavés aux parfums de voyages.

Secrets dilapidés par la pluie vengeresse,

Les murmures du temps

Secouent leurs bruines

Avec avidité.

Près des nuages pensifs

Où se battent les eaux grises,

Les collines posent leurs mains de pierre

Jusqu’aux limites de l’horizon.

La couleur des choses

Aborde le tableau d’un peintre imaginaire

Dans le bleu de cendres

Que pleurent les ardoises.

Tout s’immortalise.

La marche de la vie

Prend le chemin du non-retour.

Voici l’heure de rêver l’essentiel

Et cueillir la force de refaire le monde

Dans les eaux blanches

D’un jour de réconciliation.

Jacqueline Paut

Prix Création Poésie Libre 2010

C.R.E.A.C.